Qu’est-ce que le nouveau certificat d’immunité européen et à quoi sert-il ?

La Commission a présenté ce mercredi la proposition de créer le « certificat vert numérique », qui vise à faciliter la libre circulation dans l’Union européenne. Ce document attestera du statut vaccinal du porteur, sera disponible en format numérique ou papier et sera gratuit. Mais, après tout, à quoi ça sert ?

Qu’est-ce que le « certificat vert numérique » ?

Baptisé « certificat vert numérique », ce document atteste du statut vaccinal du porteur en fonction de trois critères : si vous avez été vacciné contre le nouveau coronavirus ou si vous avez développé des anticorps contre le Sars-CoV-2, parce que vous avez été infecté, ou si récemment testé négatif pour Covid-19.

À quoi sert ce certificat ?

Le certificat d’immunité européen vise à « faciliter la libre circulation en toute sécurité des citoyens dans l’UE », permettant ainsi au secteur du tourisme d’être stimulé au sein du bloc communautaire et garantissant que les restrictions imposées en raison de la pandémie puissent être levées de manière coordonnée par tous les membres. États. En outre, il exemptera le titulaire des procédures de test et de quarantaine obligatoires actuellement requises par les États membres lors de l’accès à leur territoire. Il est à noter que ce document s’adresse à tous les citoyens de l’Union européenne, ainsi qu’aux citoyens « ressortissants de pays tiers résidant légalement » au sein de la communauté. En ce qui concerne son applicabilité, ce document peut être utilisé à la fois dans les voyages aériens et maritimes, ainsi que dans les voyages terrestres, à travers les postes de contrôle aux frontières.

Comment pouvez-vous accéder à ce certificat ?

Il appartiendra aux autorités nationales des États membres de délivrer ces certificats, et la Commission européenne suggère que cette émission soit faite, par exemple, par les établissements de santé, les hôpitaux ou les laboratoires. « Un cadre technique sera défini au niveau de l’UE, à mettre en place d’ici la mi-juin, pour garantir la sécurité, l’interopérabilité, ainsi que le plein respect de la protection des données personnelles », informe Bruxelles, dans un communiqué. Le « certificat vert numérique » ne contiendra que les « informations essentielles nécessaires », telles que le nom du transporteur, la date de naissance, la date de délivrance et certaines informations « pertinentes » sur le vaccin administré, le test effectué ou l’immunité du transporteur.

A lire :   Bruxelles : les victimes d’attentats terroristes ont reçu 50 millions des compagnies d’assurance